Nous discutons avec Alfonso Goñi, responsable de l’amélioration continue chez Florette, sur la formation et la durabilité du Lean

De plus en plus d’entreprises introduisent des techniques de gamification dans leurs activités internes. Cette pratique, qui consiste à utiliser les caractéristiques dynamiques des jeux dans un contexte différent, par exemple dans les processus de formation, est très appréciée pour sa capacité à connecter et à motiver les gens.

Alfonso Goñi, Responsable de l’amélioration continue de Florette, explique dans cet entretien comment ils ont mis au point une nouvelle formation ludique destinée à former le personnel de leurs centres de production aux principes d’amélioration continue. La conception de ce jeu, à laquelle l’équipe de CNTA-ACMP a participé, est adaptée au modèle de production de l’entreprise.

———

P: D’où est venue l’idée de ce projet?

R: Au sein de Florette Ibérique nous réalisons des formations depuis la bienvenue à nos nouveaux employés aux principes d’amélioration continue ainsi qu’à des outils spécifiques, mais nous n’avions pas de formation intégrale dans laquelle nous mettions en évidences les principaux gaspillages de nos processus et en quoi l’application de notre modèle d’amélioration continue nous aide à améliorer chaque jour.

De plus, nous voulions avoir une formation qui, en plus d’être ludique, nos collaborateurs se voient rapidement identifiés dans leur environnement.

P: Quels sont vos objectifs et dans quelle mesure pensez-vous qu’ils sont atteints?

R: En plus de servir de rappel et d’alignement, notre objectif est de continuer à renforcer et à développer la culture Lean au sein de nos équipes. Nous devons garder à l’esprit que nous sommes six centres de production et que cela s’adressera à tous les travailleurs MOD (main-d’œuvre directe) de plus de 1 000 personnes.

Nous avons actuellement démarré avec 3 centres et nous aurons achevé plus de 30% du total à la fin de l’année. Nous suivons notre planification établie.

P: Quelles difficultés trouvez-vous et comment les avez-vous résolues?

R: C’est organiser les groupes de formation et les ajuster avec l’activité quotidienne de production de l’usine, car nous avons besoin de 12 à 18 personnes pour pouvoir mener à bien la dynamique. La bonne chose, c’est que toutes les équipes du centre de production nous offrent de nombreuses facilités.

Nous devons compter qu’il y a six heures de formation et que nous terminons la journée avec un autre module de formation offert par nos collègues des ressources humaines et développement des personnes dans la culture Florette, ce qui laisse une journée de formation très complète.

Le jeu simule un processus typique de Florette. Sur l’image, l’équipe de projet teste l’activité

P: Quelle est la participation des membres de l’équipe?

R: Elle est fantastique. Si la formation est gamifiée et simule un processus qu’ils connaissent sur leur bout de leurs doigts, ils sont immédiatement accrochés et c’est très participatif. Nous avons également la chance d’avoir la collaboration des chefs d’équipe qui nous aident à réliser la formation.

P: ¿Quel résultats avez-vous obtenus?

R: Les retours que nous recevons des collaborateurs et les évaluations de satisfaction de la formation sont très positifs. Nous avons formé près de 300 personnes qui correspodent environ à 18 séances.

P: Depuis votre domaine d’activité, d’amélioration continue, quel bilan tirez-vous de l’utilisation de ce type de méthodes de formation?

R: Notre évaluation est très positive. Nous utilisons la gamification depuis de nombreuses années et elle est essentielle pour nous. Nous avons également développé une autre formation et le résultat a toujours été très bon.

Plus d’informations:

Formación gamificada para avanzar en la mejora continua: la experiencia de Florette